Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Asmae
Asmae
BAO-Jeunesse
BAO-Jeunesse
CEF
CEF
CHEFF
CHEFF
COALA
COALA
Coordination-CRH
Coordination-CRH
DéFI Jeunes
DéFI Jeunes
écolo j
écolo j
Empreintes
Empreintes
FCJMP
FCJMP
FEF
FEF
Jeunes cdH
Jeunes cdH
Quinoa
Quinoa
SPJ
SPJ
SVI
SVI
UEJB
UEJB
YFU
YFU


 

 
 

01/12/13, journée mondiale de la lutte contre le SIDA !

Les jeunes se sentent-ils concernés ? Sont-ils assez sensibilisés ? A quelques jours de la journée mondiale, décortiquons ensemble les actions, les informations et les actualités face à ce fléau…

Tout d’abord, quel est le constat ? Le rapport du SIPES , Service d’Information Promotion Education Santé de 2010, permet d’en apprendre un peu plus, mais malheureusement sur une tranche d’âge limitée : « globalement, le niveau de connaissances des adolescents de 15-18 ans en Fédération Wallonie-Bruxelles quant aux modes de transmission du sida est bon même si certaines méconnaissances ou fausses croyances persistent ».

La bonne chose, c’est que le sujet est connu, la mauvaise, c’est qu’il est encore mal connu et intégré. On peut d’ailleurs s’inquiéter : « parmi les jeunes de 15-18 ans qui ont déjà eu un rapport, un jeune sur deux déclare avoir utilisé le préservatif lors du dernier rapport sexuel ». Pour en connaître davantage sur les autres tranches d’âges, le document de l’institut scientifique de santé publique Epidémiologie du sida et de l’infection à VIH en Belgique est une bonne référence. Bien que fort complet et difficile à déchiffrer, retenons néanmoins que les groupes d’âge jeune les plus diagnostiqués avec le VIH entre 2009 et 2011 sont les 25 à 29 ans.

Quant est-il de la vision de terrain ? Jean-Louis Verbruggen, coordinateur des CHEFF, les cercles homosexuels estudiantins francophones fédérés, nous éclaire : « Il semble clair que l’effort de prévention vis-à-vis du public général, et des jeunes en particulier, n’est plus ce qu’il était dans les années nonante, dans les années qui ont suivi le pic de la mortalité lié à la pandémie (autour de 1990/1991) ».

Il précise : « Une évolution par rapport à cette époque est que tout l’effort de prévention n’est plus orienté vers le port du préservatif. On insiste maintenant aussi beaucoup sur le dépistage et sur le traitement. En effet, les personnes dépistées à temps et traitées sont beaucoup moins susceptibles de transmettre le virus. Néanmoins, le préservatif reste l’outil efficace pour éviter de contracter le virus. En matière d’éducation à la santé des jeunes, le travail est toujours à refaire, car les nouvelles générations ont toujours un besoin d’information et d’éducation. Les 25-34 ans sont la classe d’âge la plus touchée par le VIH et l’est de plus en plus. Les diagnostics parmi les 15-25 ans sont également en hausse, il est donc justifié de vouloir faire davantage de prévention auprès de ces publics. »

Y a-t-il un projet commun face à ce fléau ? Hé bien oui. La Belgique s’est dotée récemment d’un plan VIH/SIDA . Trois actions concrètes sont d’ailleurs annoncées pour préserver le public jeune :
-  mettre en œuvre des campagnes, outils et politiques de sensibilisation, spécifiques pour les jeunes ;
-  former les professionnels de l’éducation et de la santé et les parents à l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle ;
-  et enfin, faciliter l’accès aux vaccins (contre les IST, telles que les papillomavirus ou les hépatites) dont la communauté scientifique internationale s’accorde pour dire(…) qu’ils sont fortement susceptibles de protéger les jeunes de risques liés à la sexualité.

Ca bouge également du côté des écoles. En 2012, un décret annonce une nouvelle mission de l’école « La Communauté française pour l’enseignement qu’elle organise, et tout pouvoir organisateur, pour l’enseignement subventionné, veillent à ce que chaque établissement (…) éduque au respect de la personnalité et des convictions de chacun, au devoir de proscrire la violence tant morale que physique, à la vie relationnelle, affective et sexuelle et met en place des pratiques démocratiques de citoyenneté responsable au sein de l’école. »

Un bouleversement positif mais difficile à mettre en place au sein des établissements. Pour les aider à mettre en œuvre cette mission, Marie-Martine Schyns, Ministre de l’Enseignement Obligatoire, a présenté en septembre 2013 une circulaire informative pour proposer des points de repères et ouvrir des pistes.

En tant qu’OJ, vous souhaitez aborder la thématique ? Voici deux outils bien utiles : L’exposition « Sida, cartes sur table » est une exposition réalisée par la plate-forme prévention SIDA et ses partenaires. Il s’agit d’une expo interactive pour un public de 14 à 18 ans de tous milieux. L’exposition s’articule autour de six modules : la rencontre, le préservatif, les modes de transmission, le dépistage, vivre avec et la discrimination. La Plate-forme a réédité, fin 2012, la brochure Soyons K-potes à l’attention des jeunes. L’objectif est d’encourager les jeunes à maintenir ou à développer un comportement responsable par rapports au sida et aux autres infections sexuellement transmissibles (IST).

Rappelons enfin, tous les acteurs de terrain : les centres de plannings familiaux, les associations de terrain, les PMS et les OJ spécialisées sur la question.

Pour ces dernières, deux adresses indispensables :
Les CHEFF - www.lescheff.be - 0491/25.57.87
SIDA SOS - www.sidasos.be - 02/303.82.14

A quelques jours de cette journée de lutte, il est plus qu’important de continuer à informer, communiquer et porter le ruban rouge, symbole de l’action et de la solidarité avec les personnes vivant avec le VIH.

Christophe Luyten
Coordinateur Pédagogique

 


Warning: touch() [function.touch]: Utime failed: Permission denied in /home/www/b82d3ad08a67822fc729473d8bda7d03/web/ecrire/inc/genie.php on line 82