Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Asmae
Asmae
BAO-Jeunesse
BAO-Jeunesse
CEF
CEF
CHEFF
CHEFF
COALA
COALA
Coordination-CRH
Coordination-CRH
DéFI Jeunes
DéFI Jeunes
écolo j
écolo j
Empreintes
Empreintes
FCJMP
FCJMP
FEF
FEF
Jeunes cdH
Jeunes cdH
Quinoa
Quinoa
SPJ
SPJ
SVI
SVI
UEJB
UEJB
YFU
YFU


 

 
 

Une bonne école pour tous, car notre avenir, on y a droit !

Jusqu’à des centaines d’euros pour les livres et journaux de classe, des dizaines d’euros pour des photocopies en début d’année, des repas pris en dehors de l’école – car il n’y a parfois plus de cantine (de bonne qualité, ou de cantine du tout) dans l’école – et donc, souvent plus chers… Ce sont une série de frais auxquels les élèves font face aujourd’hui. Pourtant, on dit que l’école obligatoire est gratuite. Oui, oui, on l’a peut être oublié, mais c’est un droit inscrit dans la Constitution belge.

D’autre part, les enseignants émettent un signal d’alarme. Le manque d’enseignants et de personnel les pousse à bout. Leurs conditions de travail ne permettent pas d’enseigner de la meilleure manière : mauvais état des bâtiments, classes surpeuplées… 50 % des jeunes profs quittent l’enseignement lors de leurs cinq premières années. Et on leur impose aujourd’hui de travailler plus longtemps encore.

« Mais le tableau n’est pas si noir », me direz-vous. Et vous avez raison. Il y a en effet certaines écoles où la situation est bonne, voire très bonne. Mais c’est également un problème. Notre enseignement est un des plus inégalitaires au monde. Le taux de réussite, le pourcentage d’élèves qui entreront dans l’enseignement supérieur, le pourcentage d’élèves qui ont des examens de passage varie énormément d’une école à l’autre. Pourtant, l’enseignement devrait pouvoir donner ses chances à tous.

La ministre de l’enseignement Simonet dit avoir trouvé une solution à ce problème : le TESS, pour test de l’enseignement secondaire supérieur. Un examen commun à toutes les écoles de la Communauté française, permettant d’une part d’évaluer le niveau d’inégalités, mais d’autre part de relever le niveau des écoles les plus « en retard » vers celui des meilleures écoles. J’ai envie de dire « Mais, madame Simonet, le niveau des inégalités, on le connaît ». N’est-ce pas ce que les rapports PISA évaluent ? N’est-ce pas ce que vous avez réussi en partie à faire avec votre ‘ranking’ du financement des écoles lors du décret Robin des Bois ? N’est-ce pas ce que de nombreuses personnes impliquées sur le terrain, profs, parents, élèves, témoignent régulièrement si on le leur demande ? Pour le CEF, cette solution est une fausse solution. « Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas du TESS, mais de plus de moyens » était le titre d’une pétition signée par des centaines d’élèves l’année passée. S’en étaient suivies des actions et deux manifestations rassemblant 700 élèves à Bruxelles et 300 à Liège. Mais madame Simonet n’a toujours pas entendu notre message…

Un château de cartes est quelque chose de fragile. Si on touche aux cartes qui sont à sa base, alors, il s’écroule. Et dans le cas de l’enseignement, cela peut avoir de graves conséquences. Après tous, ce sont nous, les jeunes, qui sommes l’avenir !

Après ces constats, une chose est sûre : le CEF a encore du pain sur la planche, pour défendre un enseignement réellement gratuit et de qualité pour tous les élèves, financé à hauteur de ses besoins, à savoir pour l’équivalent de 7 % du Produit intérieur brut. C’est pourquoi le CEF a choisi comme slogan : « Une bonne école pour tous, car notre avenir, on y a droit ! ».

Lizz Printz CEF

 


Warning: touch() [function.touch]: Utime failed: Permission denied in /home/www/b82d3ad08a67822fc729473d8bda7d03/web/ecrire/inc/genie.php on line 82