CARTE BLANCHE : POLITIQUE JEUNESSE, ENTRE ESPOIR ET QUESTIONNEMENTS

/CARTE BLANCHE : POLITIQUE JEUNESSE, ENTRE ESPOIR ET QUESTIONNEMENTS
CARTE BLANCHE : POLITIQUE JEUNESSE, ENTRE ESPOIR ET QUESTIONNEMENTS2018-10-19T15:56:11+00:00

Project Description

Carte blanche : Politique Jeunesse, entre espoir et questionnements

Quelles sont les positions des partis pour l’avenir du secteur Jeunesse ? C’est tout le challenge du site d’interpellation politique www.quelleposition.be, relevé par Relie-F, fédération pluraliste regroupant 19 associations de Jeunesse.

24 questions, symptomatiques des préoccupations du secteur, ont été envoyées en février 2018 à 11 partis politiques*. Après quelques relances, nous avons finalement obtenu les positions de tous les partis consultés. Que retenir pour l’avenir de la Jeunesse ? Place au bilan.

Mais où est la Jeunesse ?

Avril 2018, ça y est, toutes les réponses des partis nous sont parvenues. On lit, on décortique. Très vite, une première question s’impose : parle-t-on vraiment Jeunesse dans les programmes des partis ? La réponse n’est pas évidente. Notre premier constat est que si effectivement les réactions concernent la Jeunesse de manière transversale, la place des jeunes et des acteurs associatifs Jeunesse est, à notre goût, trop peu présente. Il est pourtant évident que les partis consultés ont tenté au mieux de répondre aux questions parfois techniques ou pointues que nous leur avons posées. Mais leurs préoccupations ne sont malheureusement pas toujours en lien direct avec la Jeunesse. Plus qu’une trame de fond, nous revendiquons et demandons une véritable place pour les thématiques Jeunesses dans les politiques d’aujourd’hui.

Pas de (bonne) réponse ?

Deuxième constat : certaines réponses sont étonnantes. Pour plusieurs de nos questions, certains partis avouent tout simplement ne pas avoir de réponse ou ne pas encore avoir élaboré de propositions concrètes ! D’autres se trompent tout simplement dans la thématique et répondent à côté. Ce n’est bien sûr pas le cas de toutes les formations politiques, mais c’est assez significatif que pour le relever. On se doute pourtant que, malgré la présence de centres d’études au sein de chaque parti, il est difficile de suivre toutes les thématiques, d’autant plus si on ne dispose pas de cabinet pouvant alimenter la réflexion. Néanmoins, ne pas avoir de propositions concrètes pour, par exemple, soutenir le travail du secteur associatif Jeunesse avec les jeunes précarisés est somme toute interpellant…

Du concret, oui, mais pas assez !

Troisième constat : il est assez difficile de faire émerger des propositions concrètes. « On soutient, on va, on veut » a été la ligne de fond de la plupart des positions reçues. Si certaines nous ont apporté du concret, et notamment en ce qui concerne l’inclusion ou le volontariat, on s’étonne cependant que certaines réponses ne permettent pas de voir de manière tangible de quoi l’avenir sera fait après les élections. Nous aurions aimé ici ne pas lire des phrases consensuelles, mais plutôt des pistes de solutions quant à des thématiques pourtant au cœur de l’actualité. Citons par exemple le dossier des Mineurs Étrangers Non-Accompagnés, du service citoyen ou encore de la mobilité.

Campagne oblige !

Dernier constat : www.quelleposition.be est une occasion supplémentaire pour les formations interrogées de se positionner sur l’échiquier politique. Certains partis, en fonction des niveaux de pouvoirs concernés par nos questions, ont profité de leurs réponses pour réaffirmer leur place dans la majorité ou dans l’opposition.

Ainsi, campagne oblige, certains n’hésitent pas à se féliciter des politiques mises en œuvre dans les coalitions dont ils font partie et martèlent à l’envi le bien-fondé de leur action. C’est le cas pour des thématiques comme le code des sociétés ou encore la réforme APE. D’autres taclent ce qui pourrait se mettre en place prochainement. Malheureusement, souvent cela se fait au prix de perspectives intéressantes qui pourraient être élaborées dans les années à venir. Certes, c’est le jeu de l’interpellation. On regrette néanmoins que celui-ci ne nous permette pas d’avoir une vision aussi claire qu’attendue.

« Nous voulons une vraie place ! »

Où sont les Organisations de Jeunesse ? Quelle est leur place dans les réflexions des partis politiques ? Quelle concertation envisager ? Nous sommes parfois restés sur notre faim. Nos associations et toutes celles du secteur Jeunesse sont pourtant des actrices essentielles de la vie des jeunes, chargées de les soutenir et de les encourager à devenir des CRACS : des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires. Parfois écoutées, pas assez entendues, nous voulons une vraie place pour les jeunes et les acteurs associatifs Jeunesse.

C’est bien entendu une lecture critique que nous avons faite des réponses apportées par les partis. Lecture puisqu’elle ne se base que sur les retours écrits reçus, critique parce que c’est notre mission d’Organisation de Jeunesse. Mais également responsable et citoyenne puisque nous restons convaincus de la possibilité, pour les jeunes, de faire bouger les choses. Nous voulons faire notre part. Suite à ces interpellations et aux questionnements que les réponses à celles-ci ont amenés chez nous, Relie-F avec ses membres rédigera ses propres recommandations. Ceci afin d’alimenter les programmes et espérons-le, à notre niveau, apporter notre expertise Jeunesse aux futures politiques sectorielles.

L’analyse complète des positions des partis est disponible sur www.quelleposition.be

Contact presse
Marc Fanuel
Directeur de Relie-F
0479 29 87 54

*cdH, DéFI, Ecolo, MR, PS, PTB, CD&V, Groen, N-VA, Open Vld et sp.a