Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Asmae
Asmae
BAO-Jeunesse
BAO-Jeunesse
CEF
CEF
CHEFF
CHEFF
COALA
COALA
Coordination-CRH
Coordination-CRH
DéFI Jeunes
DéFI Jeunes
écolo j
écolo j
Empreintes
Empreintes
FCJMP
FCJMP
FEF
FEF
Jeunes cdH
Jeunes cdH
Quinoa
Quinoa
SPJ
SPJ
SVI
SVI
UEJB
UEJB
YFU
YFU


 

 
 

En route vers l’école des éco-citoyens

L’OEJAJ évalue les dispositifs particuliers

Une douzaine d’organisations de jeunesse ont eu la possibilité d’amplifier un axe de leur action avec les jeunes en bénéficiant d’un subside original et spécifique créé par le nouveau décret « Organisation de jeunesse » du 26 mars 2009. Il s’agit des « Dispositifs particuliers ».

« L’école des éco-citoyens » est le dispositif particulier mis en œuvre par Empreintes dans le cadre du soutien des actions d’animation en collaboration avec les écoles.

L’observatoire de l’enfance, de la jeunesse et de l’aide à la jeunesse a entamé en, octobre 2013, un travail d’évaluation des dispositifs particuliers. L’objectif principal est d’initier un processus collaboratif d’évaluation au niveau du secteur des organisations de jeunesse, en impliquant l’ensemble des acteurs dans cette démarche.




Les enfants et les adolescents consacrent de trente à quarante pour cent de leur temps éveillé à l’école. Elle est pour eux un lieu de vie, de découverte de la citoyenneté, du vivre ensemble. Elle est aussi un lieu d’apprentissage de savoirs qui permettent de comprendre le monde, les enjeux environnementaux.

Mais l’école, c’est encore des infrastructures pour lesquelles se posent des questions de gestion environnementale (consommation d’énergie, gestion des déchets, gestion du bruit…) et une infrastructure inscrite dans un environnement dans lequel se posent également des questions environnementales (gérer la mobilité, préserver la nature…).

Voici plus de dix ans qu’Empreintes travaille avec les écoles, surtout avec le fondamental. «  Décibelle et Groboucan  » et «  Mission URE  » pour sensibiliser à l’environnement sonore ou à l’utilisation rationnelle de l’énergie, «  Génération Tandem Scolaire  » ou «  L’Ecole au bout des pieds  » pour faire l’expérience d’une autre mobilité vers l’école sont des projets «  clé sur porte  » menés avec les enseignants et les élèves. Ils constituent une bonne manière d’initier et de soutenir une dynamique de projet dans le cadre scolaire.

En mettant des élèves, des classes, des écoles en projet, les jeunes abordent les matières scolaires en sollicitant et en développant des compétences différentes. Particulièrement les compétences qui permettent de créer des liens entre les savoirs et l’environnement et qui permettent de s’inscrire dans une dynamique collective.

Ces deux éléments (la dynamique collective et les liens) sont, pour Empreintes, constitutives du CRACS (Citoyen responsable actif critique solidaire) et peuvent être aussi nourries à l’école.

Cependant, ces projets comportent un certain nombre de limites qui sont partagées par les acteurs de l’Education relative à l’Environnement (ErE) et l’école. Elles ont notamment été mises en évidence dans le cadre des Assises de l’ErE (www.assises-ere.be).

Ainsi, l’ErE en milieu scolaire est abordée de manière morcelée – des activités sont menées de-ci de-là – indépendamment du parcours de l’élève, avec peu de continuité et de progression.

Il y a aussi une difficulté des écoles à prendre le relais des associations qui mènent pendant une période donnée un projet. L’opérateur s’en va…. Le projet s’éteint. Il faut à tout le moins un accompagnement pour que l’activité d’ErE perdure à l’école.

Pour dépasser ces limites, Empreintes a créé «  L’école des éco-citoyens  ». Il s’agit d’un cadre qui propose aux élèves et aux équipes éducatives de construire ensemble un projet d’éducation à l’environnement adapté à la situation de l’école et qui accompagne les élèves de leur arrivée jusqu’à leur départ vers d’autres horizons.

Etienne Cléda
Empreintes

_ [1]

 


Warning: touch() [function.touch]: Utime failed: Permission denied in /home/www/b82d3ad08a67822fc729473d8bda7d03/web/ecrire/inc/genie.php on line 82