Arc-en-Ciel
Arc-en-Ciel
Asmae
Asmae
BAO-Jeunesse
BAO-Jeunesse
CEF
CEF
CHEFF
CHEFF
COALA
COALA
Coordination-CRH
Coordination-CRH
DéFI Jeunes
DéFI Jeunes
écolo j
écolo j
Empreintes
Empreintes
FCJMP
FCJMP
FEF
FEF
Jeunes cdH
Jeunes cdH
Quinoa
Quinoa
SPJ
SPJ
SVI
SVI
UEJB
UEJB
YFU
YFU


 

 
 

Manifestations pour l’égalité : retour sur une action réussie













En novembre, Frigide Barjot se disait euphorique. Son projet de réunir les Français contre le mariage pour tous était un succès   : 100.000 personnes dansaient en chœur, dans les mêmes couleurs (rose et bleu  !), autour d’un même rejet, et les médias faisaient connaître au monde l’intransigeance d’une partie de la nation française.

D’aucuns recevaient l’agression en pleine figure… et cette contradiction surprenante   : le pays des Droits de l’Homme luttait contre un principe premier de sa devise révolutionnaire   : l’Égalité.

Le débat, violent, envahit les médias, si bien que certaines associations françaises de soutien à la jeunesse LGBT, telle que « Le Refuge », virent les demandes d’aide doubler à cette période.

Le malaise enfla jusqu’en Belgique, où l’homophobie semble reprendre de la voix.

C’est dans ce contexte tendu qu’un appel à la mobilisation fut lancé à la population belge pour soutenir les LGBT de France. Avec cet appel naquit le groupe des « Belges Solidaires ».

Il ne faut pas trois jours pour que 300 Belges, écœurés, se rallient à l’appel. Les organisateurs accueillent la nouvelle d’un soutien belge avec enthousiasme. Cette initiative citoyenne nécessite une aide logistique.

Les CHEFF sont la solution   : c’est le début d’une participation active et d’une collaboration précieuse de la fédération étudiante LGBTQI dans la mobilisation des Belges Solidaires.

Rejoints par les partis de gauche, diverses jeunesses politiques et des organisations des Français de Belgique, ainsi que de nombreuses associations LGBT, l’arrivée des Belges à Paris est remarquée.

Nous sommes applaudis, remerciés, photographiés, embrassés sur notre passage, par des Français émus de voir marcher à leurs côtés les représentants d’une nation amie, engagée dans la voie de l’Égalité depuis une décennie.

Après une nouvelle marche des « antis » (« Manif Pour Tous ») qui réunit 340.000 personnes derrière Barjot et les catholiques intégristes de Civitas, les Belges Solidaires remettent le couvert le 27 janvier.
Cette fois, nous sommes plus du double. À nouveau, les Français saluent la solidarité du groupe et répètent nos slogans spontanés.

Deux jours plus tard est présenté le projet de loi à l’origine de toutes les tensions. Après un marathon parlementaire, l’Assemblée Nationale adopte le projet de loi avec 329 voix pour, contre 229.

La nouvelle est un coup de massue pour les réactionnaires, mais ils savent que, pour être validé, le projet doit encore passer par le Sénat.

Ils estiment donc que le combat n’est pas perdu et Barjot annonce bientôt l’organisation d’une nouvelle manifestation le 24 mars à Paris.

En s’appropriant les symboles de la République, « Manif Pour Tous » aime laisser croire que sa base est formée par la majorité de la Nation. _ Leurs slogans sont généralistes, parfois creux, mais aussi souvent offensifs pour bien plus que les enfants de familles homoparentales.

Le mouvement a pour objectif de s’inventer une « légitimité par le nombre », illusoire car, dans les faits, selon l’étude IFOP pour « Pèlerin », publiée le 8 janvier, les Français sont à 60 % favorables au mariage des couples du même sexe. Mieux   : 54% des catholiques se prononcent pour le mariage homosexuel.

En pleine préparation de son nouvel événement, Frigide Barjot, accompagnée de ses alliés parmi lesquels Xavier Bongibault, se rend le 19 mars à Bruxelles, afin de participer à une conférence aux côtés de plusieurs intervenants connus pour leurs positions homophobes et pro-vie, dans le but de convaincre les Français de Belgique.

Après l’attentat pâtissier dont sera victime Bongibault, Frigide sera « accueillie » par les huées de nombreux manifestants LGBT. Le combat continue… Il aura permis aux CHEFF de fédérer jeunes et moins jeunes autour d’une action commune de solidarité internationale.

Pour les CHEFF,
Ghyslaine El Moutaani